coronavirus2

Elections municipales et mesures sanitaires


L’organisation d’élections dans un contexte épidémique tel que nous le connaissons actuellement impose quelques mesures de précaution, qui n’ont d’autre objectif que de limiter la propagation du virus Covid 19.

A l’occasion des scrutins municipaux des 15 et 22 mars, il a été décidé, dans chacun des 14 bureaux de vote de Saint-Dié-des-Vosges :

 - l’affichage dès l’entrée des consignes émanant du ministère de l’Intérieur
- la mise à disposition, dès l’entrée également, d’un gel hydroalcoolique
- d’un fléchage des sanitaires situés à proximité (le lavage des mains reste la meilleure des précautions!)
- l’incitation à éviter tout contact humain (bise, poignée de main)
- le marquage au sol d’une ligne de confidentialité pour éviter tout rapprochement de moins d’un mètre
- la mise à disposition, sur les tables, de gel hydroalcoolique

slide elections coronavirus
Par ailleurs, dans les bureaux de vote le permettant, il sera procédé à une aération régulière des locaux.
D’ici dimanche, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, le Maire, agissant en tant que représentant de l’État pour l’organisation des élections, se réserve la possibilité de commander des stylos à usage unique pour l’émargement et d’équiper de gants les électeurs procédant au dépouillement.
Pour une très grande majorité de la population, une éventuelle contamination ne présente pas plus de dangers pour la santé que la grippe dite « classique ». Les personnes fragiles, âgées, souffrant de troubles respiratoires ou sous protocoles médicaux lourds qui ne souhaiteraient prendre aucun risque tout en participant au scrutin peuvent opter pour la procuration, et désigner d’ici samedi, au commissariat de police, à la brigade de gendarmerie ou au tribunal d’instance, une personne pour les représenter. Seule obligation : la procuration doit être confiée à un électeur déodatien.

corona virus

Conférence de presse du 10 mars 2020, le maire David Valence entouré de la directrice générale des services Carine Pillet et de la directrice du service été civil, Christelle Rainis (à gauche sur la photo)