Saint-Dié-des-Vosges

 

Facebook Flickr YouTube

Camp Celtique de la Bure

21/01/2015
Les secrets du camp celtique de la Bure
Ce site exceptionnel offre un point de vue stratégique sur les autres massifs et la vallée de la Meurthe. En coupant quelques arbres, il serait possible de dégager la vue et ainsi valoriser ce patrimoine archéologique et touristique exceptionnel.
Le maire de Saint-Dié avec son staff a effectué une visite sur le terrain. Objectif prendre la mesure des travaux à effectuer.
Jean-Claude Fombaron, président de la société philomatique vosgienne a présenté les richesses et secrets du camp de la Bure.
Un récit vivant et passionnant, qui en fait oublier les froideurs de l'hiver…

Connaissez-vous le camp celtique de la Bure ? Quels sont les secrets du murus gallicus, des bassins, des stèles funéraires ?
Des fouilles archéologiques y ont été menées sous la direction d'Albert Ronsin et de George Tronquart, membres de la Société Philomatique Vosgienne. La découverte de vestiges a permis de mieux comprendre le mode de vie des celtes et gallo romains qui ont vécu sur ce plateau dominant la vallée de la Meurthe. Aujourd'hui les archéologues réinterprètent ces découvertes. Une nouvelle signalétique, associé au renouveau du musée Pierre Noël, relance sa mise en valeur touristique.

Karine Boulanger, archéologue à l'INRAP, évoque la vie sur le site et décrypte les vestiges d'une civilisation raffinée ! Une visite instructive et passionnante enregistrée dans les brumes de ce lieu magique...
 

 

Site archéologique classé Monument Historique en 1982, la Bure est, en Lorraine, le deuxième site archéologique majeur après celui de Grand. Il appartient à un réseau de sites de hauteur : Pierre d’Appel (Etival-Clairefontaine), le Chazeté (Taintrux), Warrinchâtel (Saint Rémy) et la Corre (Housseras). Surplombant la vallée de la Meurthe, le site est constitué d’un éperon barré, naturellement fortifié, dont le caractère défensif a été renforcé dès le IIe siècle avant notre ère par une série d’ouvrages fortifiés (dont un murus gallicus).

D’une superficie de 3 hectares, le site a fait l’objet de multiples campagnes de fouilles qui se sont étalées de 1964 à 1986 sous la direction d’Albert Ronsin (jusqu’en 1966) et de George Tronquart, Membres de la Société Philomatique Vosgienne. Ces fouilles ont permis de mettre au jour des vestiges d’activités artisanales (travail de la forge, extraction de la pierre, ...), agricoles et cultuelles (représentations sculptées de plusieurs divinités liées aux cultes des Dianes, de Jupiter et de Mercure) ainsi que plus d’un milliers de pièces de monnaies (gauloises et romaines) témoignant d’échanges importants.

Vendredi 13 septembre 2013
Inauguration de la nouvelle signalétique du camp celtique de la Bure
Après des premières campagnes de fouilles archéologiques dans les années 80, ce site va connaitre une nouvelle fréquentation; cette dynamique est associée au renouveau du musée Pierre-Noël. itv, Stéphane Marion, Karine Boulanger et Eléonore Buffler.

Le site archéologique de la Bure est un lieu touristique très fréquenté dont l’importance et l’intérêt historique appellait et justifiait une signalétique pérenne.
S’appuyant sur l’avant-projet que la DRAC Lorraine avait financé en 1997 et le projet de mise en valeur du site élaboré par Pierre Bortolussi, Architecte en chef des Monuments Historiques, en 2002, ce projet -qui constitue une première phase de mise en valeur du site et de ses vestiges- comprend un panneau d’information général placé à l’entrée du site (plan général sur lequel sont indiqués les principaux vestiges encore visibles du site)- et quinze bornes qui sont réparties sur toute sa superficie. Cet ensemble permet de donner aux visiteurs une vision d’ensemble du site, de son histoire, de ses vestiges et de faire également le lien avec les objets archéologiques exposés au Musée Pierre Noël de la ville de Saint Dié des Vosges. Les bornes –support en grès rose avec panneau en plaque de lave émaillée- proposent aux visiteurs une explication scientifique et historique accessible mais de qualité.

Porté par la ville de Saint-Dié-des-Vosges et son musée, ce projet de signalétique a bénéficié du soutien scientifique et financier de la DRAC Lorraine (Service Régional de l’Archéologie) et de l’Institut National de Recherches en Archéologie Préventive (Inrap).
Mme Karine Boulanger (archéologue à l’Inrap, spécialiste de la période romaine) et M. Stéphane Marion (archéologue au SRA, spécialiste de la protohistoire) ont ainsi travaillé sur une rédaction commune et concertée des différents panneaux.
Cette signalétique s’inscrit dans une action plus globale que la ville de Saint-Dié-des-Vosges mène depuis 2003 sur le site de la Bure (travaux d’entretien et de nettoyage).